accueil

 

 

Blaise Cendrars

frontispice © Georges Bauquier

 

 

Biographie imaginaire de Blaise Cendrars...

Si vous voulez connaître quelques parcelles de vérité, lisez L'Homme que fut Blaise Cendrars de son ami de quarante ans, Albert t'Serstevens !

 

Né un premier septembre en Suisse, d'une mère rêveuse et éthérée, fille d'un hôtelier, et d'un père suisse, inventeur et fantaisiste qui ne tient pas en place, Frédéric Sauser (1887-1961), avant de devenir Blaise Cendrars, se souvient de ses un an : « J'ai vu le Diable dans mon berceau, sous forme d'une boule électrique qui jetait des flammes et des étincelles crépitantes, et je hurlais, hurlais de frayeur! J'avais un an. C'était le jour de mon baptême. C'était à La Chaux-de-Fonds (Suisse). Maman était venue présenter son dernier-né à son père. Grand-père était mon parrain. Cela se passait au vieil Hôtel de la Balance. On festoyait dans la salle du bas. On valsait. On me laissait hurler dans ma chambre. Je m'en souviens bien. Je hurlais, je hurlais! Le Diable avait fini par disparaître, mais je continuais à hurler, m'entraînant moi-même, puis par jeu. Quelqu'un entrouvit la porte dans le noir et m'envoya une énorme baffe pour me faire taire. Je tombai à la renverse dans mon oreiller et je ne sais plus... En tout cas, je me taisais... Petit Blaise, tu dors ou tu ne dors pas ? (Aide-toi, le Ciel t'aidera!) » Fort de cette jeune expérience, il se débrouille souvent seul, passe une partie de son enfance en Égypte, puis à Naples avec ses parents et livre dans Bourlinguer un de ces drames secrets entre un père et un fils : « Moi, à quatorze ans...

 

 

Pour recevoir la suite en pdf et par email :

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.