accueil

 

 

Théophile Gautier

 

 

 

Théophile Gautier voit le jour à Tarbes le 31 août 1811. Il fait ses études à Paris au lycée Louis-le-Grand et au lycée Charlemagne où il se lie d'amitié avec Gérard de Nerval. Il manifeste un goût particulier pour les poètes latins dits décadents, les « grotesques ». Gautier fréquente l'atelier du peintre Rioult, rue Saint-Antoine, et forme avec des amis artistes le fameux « Cénacle ». Il se destine alors à une carrière de peintre, mais sa rencontre en 1829 avec Victor Hugo, précipite sa vocation d'écrivain. En 1830 il publie Poésies, le recueil ne connaît pas le succès. Ces premiers poèmes montrent pourtant un jeune poète fort habile, ayant déjà acquis la manière des anciens. Il fait preuve d'original ité en utilisant une forme bien arrêtée et une langue précise et nette.

Trois ans plus tard, il édite un recueil de contes Les Jeunes-France qui rend compte avec truculence de la vie des artistes et écrivains qui formaient le Cénacle. Pourtant, dans cet ouvrage « baroque », Gautier se fait le témoin lucide et ironique de ces « Précieuses Ridicules du Romantisme ». Il dissimule un romantisme profond de pessimisme et d'angoisse dans Mademoiselle de Maupin et surtout dans le recueil lyrique La Comédie de la Mort et poésies diverses.

En 1836, Gautier commence une carrière de journaliste. Apprécié pour ses reportages, il voyage en Belgique et Hollande en 1836, en Espagne en 1840, en Italie en 1850, à Constantinople en 1852, en Allemagne en 1854 et 1858, en Russie en 1858 et 1861 et en Égypte en 1869. En plus des récits de ses voyages, il utilisera toutes ses découvertes pour colorer ses oeuvres d'une touche d'exotisme.

En 1840, il découvre l'Espagne et ce séjour de six mois lui fournit la matière de son Voyage en Espagne, sorte de carnets d'impressions vigoureux marqués par la fraîcheur du regard, l'étonnement de la vision et le souci toujours exacerbé de la justesse du dire. Ces visions donneront lieu à de nouveaux vers, España, qui paraîtront dans le recueil des Poésies Complètes en 1845.

Il publie en 1852 un recueil de poèmes Emaux et Camées. Quatre ans plus tard, il dirige la revue L 'Artiste. En 1857, Charles Baudelaire lui dédie Les Fleurs du Mal et le qualifie de « parfait magicien ès lettres françaises ».

Gautier entreprend une Histoire du romantisme, qui restera inachevée. Atteint d'une maladie de cœur, il s'éteint à Neuilly-sur-Seine, le 23 octobre 1872.

 

Bibliographie :

1832 : Albertus

1833 : Les Jeunes-France

1836 : Mademoiselle de Maupin

1838 : La Comédie de la Mort et poésies diverses

1839 : Une Larme du Diable, Le Tricorne Enchanté et Pierrot Posthume.

1841 : Giselle,

1843 : Le Voyage en Espagne

1845 : España

1852 : Arria Marcella, Emaux et Camées

1856 : Avatar

1858 : Le Roman de la Momie

1863 : Le Capitaine Fracasse

1866 : Le Spirite

Bio-bibliographie écrite par Carole Garcia.

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.