accueil

 

 

Peter Handke

 

 

 

Né le 6 décembre 1942 à Griffin en Autriche, de père inconnu, Peter Handke est élevé par sa mère d’origine slovène et un beau-père alcoolique et frustre qu’il déteste. De son origine modeste, il gardera une fascination des vies misérables et étriquées : « Pour écrire, la seule envie ne suffit pas : il faut que s’y ajoute la détresse ».

Il a passé une partie de sa jeunesse à Griffin et à Berlin (jusqu'en 1948).
Lorsque la maison d'édition Suhrkamp accepte son premier roman Die Hornissen, il interrompt ses études de droit qu'il était sur le point de terminer.

Depuis 1966, Peter Handke vit comme écrivain indépendant en Allemagne, en Autriche et en France, mais des voyages prolongés l'ont conduit à travers le Japon, les États-Unis et une partie de l'Europe.

En 1991, il s'installe à Chaville, près de Paris. Handke a obtenu presque tous les grands prix littéraires autrichiens et allemands. Il est sans doute un des auteurs les plus importants de la littérature autrichienne contemporaine à la fois poète, romancier, essayiste, auteur de théâtre et cinéaste.

Bien que ses pièces soient jouées sur un grand nombre de scènes, c'est surtout par ses romans et ses nouvelles qu'il est connu du grand public.
Il devient célèbre au théâtre avec Outrage au public qui déclenche un scandale lors de sa représentation à Francfort.

Il s’inscrit également en faux contre Brecht, car pour lui c’est uniquement en exerçant en toute rigueur son activité d’écrivain que l’auteur peut influencer la société qui l’entoure.

Au delà de toute visée politique, l’œuvre de Handke est avant tout un réquisitoire contre la condition humaine.

Axée sur des thèmes apparemment rebattus (la solitude, l’incommunicabilité, l’absence de tout recours transcendant…) son œuvre reste marquée par un goût de la simplicité et de la dérision. On y découvre des personnages à la fois quotidiens et énigmatiques, transpirant le malaise d’exister.


Bibliographie

Romans et essais
Le Colporteur. Éd. originale Gallimard, 1969/ Folio, 1992.
L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty. Éd. originale, 1972/ Gallimard Folio, 1982.
Le Malheur indifférent. Éd. originale, 1975/ Gallimard Folio, 1977.
La Courte Lettre pour un long adieu. Éd. originale, 1976/ Gallimard Folio, 1986.
L’Heure de la sensation vraie. Éd. originale Gallimard 1977/ Folio, 1988.
La Femme gauchère. Éd. originale Gallimard 1978/ Folio, 1980.
Le Poids du monde. Éd. Gallimard, 1980.
Faux Mouvements. Éd. Christian Bourgois, 1980.
Lent Retour. Éd. Gallimard, 1982.
Les Frelons. Éd. Gallimard, 1983.
Bienvenue au conseil d’administration. Éd. originale Christian Bourgois, 1980/ Gallimard Folio, 1998.
Histoire d’enfant. Éd. originale Gallimard, 1983/ Folio, 1989.
La Leçon de la Sainte-Victoire. Éd. originale Gallimard, 1985/ 1991.
Le Chinois de la douleur.Éd. Gallimard, 1986.
L’Histoire du crayon. Éd. Gallimard, 1987.
Poème à la durée. Éd. Gallimard, 1987.
Après-midi d’un écrivain. Éd. originale Gallimard, 1988/ Folio, 1989.
Le Recommencement. Éd. Gallimard, 1989.
L'Absence. Éd. originale Gallimard, 1991/ Folio, 1993.
Essai sur la fatigue. Éd. originale Gallimard, 1991/ Folio, 1996.
Essai sur le juke-box. Éd. originale Gallimard, 1992/ Folio, 2000.
Espaces intermédiaires. Éd. Christian Bourgois, 1992.
J’habite une tour d’ivoire. Éd. Christian Bourgois, 1992.
Le Vent et la Mer. Éd. Christian Bourgois, 1992.
Voyage au pays sonore ou l’Art en question. Éd. Gallimard, 1993.
Le Non-sens et le Bonheur. Éd. Christian Bourgois, 1993.
Essai sur la journée réussie. Éd. Gallimard, 1994.
Quelques notes sur le travail de Jean Voss. Éd. L’Échoppe, 1995.
Un voyage hivernal vers le Danube. Éd. Gallimard, 1996.
Encore une fois pour Thucydide. Éd. Christian Bourgois, 1996.
Mon année dans la baie de Personne. Éd. originale, 1997/Gallimard Folio, 1999.
Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille. Éd. originale Gallimard, 2000/ Folio, 2001.
Milos Sobaïc (Essai sur le peintre Yougoslave). Éd. La Différence, 2001.
Les Ailes du désir. Éd. Flammarion, 2001.
La Perte de l'image ou par la Sierra de Gredos. Éd. Gallimard, 2004.
A ma fenêtre le matin : Carnets du rocher 1982-1987. Éd. Verdier, 2006.
Vive les illusions. Éd. Bourgois, 2008.
Jusqu'à ce que le jour nous sépare ou Une question de lumière. Éd. Obsidiane, 2009.
La Nuit morave. Éd. Gallimard, 2011.
Hier en chemin : Carnets, novembre 1987 - juillet 1990. Éd. Verdier, 2011.

 


Théâtre
• 1966 - Outrage au public
• 1966 - Introspection
• 1966 - Prédiction
• 1967 - Appel au secours
• 1968 - Gaspard
• 1969 - Le Pupille veut être tuteur Quodlibet (1970)
• 1971 - La Chevauchée sur le lac de Constance
• 1974 - Les Gens déraisonnables sont en voie de disparition
• 1982 - Par les villages
• 1989 - Voyage au pays sonore ou L'art de la question
• 1992 - L'Heure où nous ne savions rien l'un de l'autre
• 1995 - Préparatifs d'immortalité

Cinéma
La Femme gauchère

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.