accueil

 

 

 

L'Homme noir de Sergueï Essenine. Éditions Circé.

 

 

Extrait :

L'Homme noir

Mon ami, mon ami,
Je suis malade à en crever.
Mais cette douleur d'où me vient-elle ?
Est-ce le vent qui siffle
Sur les champs déserts, désolés,
Ou bien, comme les bois en septembre,
C'est l'alcool qui effeuille ma cervelle…

Ma tête agite ses oreilles,
Tel un oiseau ses ailes,
Elle n'a plus la force de se balancer
Sur le cou trépied.
Un homme noir,
Un homme noir, tout noir,
Au pied de mon lit
Vient s'asseoir,
Un homme noir
M'empêche de dormir la nuit.

Et l'homme noir
Glisse son doigt sur un livre infâme ;
Nasillant au-dessus de moi,
Comme sur un mort un moine,
L'homme noir me lit la vie
D'une fripouille et d'un pochard,
En m'imbibant de peur et d'angoisse
Jusqu'au fond de l'âme,
Cet homme noir, tout noir !

« Écoute, écoute bien,
Me marmonne-t-il,
Ce livre est plein d'idées
Et de projets magnifiques.
L'homme dont je te parle
Vivait dans un pays unique,
Le pays des charlatans et des malfrats
Les plus ignobles qui soient.

En décembre dans ce pays
La neige est diablement pure,
Les rafales y font tourner
Joyeusement les rouets.
Cet homme adorait l'aventure,
Mais c'était un aventurier
Du meilleur cru.
Élégant, raffiné à souhait,
Il était de surcroît poète,
D'une force plutôt moyenne
Mais qui accroche et vous saisit.
Il y avait une femme,
Juste passée la quarantaine,
Qu'il appelait sa méchante fifille
Et sa chérie.

Le bonheur, disait-il,
C'est une affaire d'agilité
Des mains et de l'esprit.
Les âmes maladroites, on le sait,
Sont malheureuses dans la vie.
Et peu importe que les gestes
Distordus, mensongers
Soient une source de tourments.
Dans les orages et les tempêtes,
Au cœur du quotidien fade et figé,
Dans les plus lourdes des pertes
Et quand la tristesse t'inonde,
Paraître simple et souriant
Est l'art le plus sublime au monde ».

« Homme noir,
Cesse tes inepties !
Tu n'es pas en service ici,
Comme un vulgaire terre-neuve.
Je n'ai que faire de la vie
D'un poète scandaleux,
Ton fichu livre, à d'autres
Lis-le et raconte-le ! »

L'homme noir me regarde
Dans le blanc des yeux,
Et les siens se voilent
De vomissure bleue –
Comme pour insinuer
Que je suis un voyou, un voleur peut-être,
Qui sans vergogne a détroussé
Son semblable, un poète.

[…]


Tous droits réservés © Editions Circé

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.