Humeur 2006

 

 

Décembre 2006

 

Commerce de la culture

La joie et la douleur donnent le sens de la durée, le goût de bien vivre, bien lire, bien écrire. Les petits agacements aussi. Ils produisent des lignes, écrites en colère. Que valent-elles ? Me X ne me donnerait probablement pas son aval. Est-ce bien nécessaire puisque que la société littéraire a déserté. Elle ne guide plus, elle agonise dans la farce.

J’ai lu un article élogieux sur un livre qui m’a profondément ennuyée. Jusque-là, rien d’important, au contraire. Mais il est signé par une critique littéraire estimée dans le milieu par ses pairs. Je suis déçue depuis quelques temps par ses remplissages stériles, ses tics d’écriture, comme si ce n’était pas important la littérature ! Mon poil se hérisse devant sa tendance à la comparaison abusive d’auteurs qui font partie de mon Panthéon et qu’elle semble mal connaître. Après Vialatte, voici Calet. Alors je m’élève et je dis Trop c’est trop (et toc, connait-elle Cendrars ?) Ressaisis-toi la belle, tu n’épates que les ânes qui ne connaissent pas leurs classiques. L’esbroufe ne fonctionne qu’avec les minus. Dis, c’est sérieux la critique littéraire, y’a du monde derrière.

L'édition va mal. La petite édition panique au bord de la faillite. Certaines maisons cherchent à se diversifier pour ne pas se noyer. Mais là encore, l'affront désobligeant pointe son nez. Les éditions HB, par retour de courrier, ont répondu ceci à réception d'un manuscrit : « Nous avons bien reçu le manuscrit de votre roman. Après une première lecture, il nous semble présenter des qualités certaines, mais nous ne sommes pas en mesure de le publier actuellement. Notre maison connaît en effet des difficultés économiques qui nous contraignent à resserrer notre programme et à nous diversifier. Dans ce cadre, nous pouvons vous proposer, si vous le souhaitez, une note de lecture détaillée et argumentée sur votre manuscrit, contre une rémunération forfaitaire de 250 euros. Nous espérons ainsi pouvoir vous aider, soit à retravailler votre texte, soit à démarcher d’autres éditeurs en vous servant de cette appréciation. Au cas où nous devrions travailler plus avant ensemble sur votre texte, nous vous fournirons un devis pour la suite. » Résumons : je ne vous ai pas lu sérieusement mais je peux vous aider à écrire moyennant finances. Les bouffonneries de Molière ne font rire qu'au théâtre.

 

 

 

Novembre 2006

 

Eclipse du goût

En période de fin d’année, la tension se relâche plus que de coutume. Un drôle de vent souffle. On est emporté. Il y a un goût du jour. La foule suit le courant. Le succès littéraire est chose sociale. On dérape. Même les rédactions votent les dix ou vingt meilleurs livres de l'année. Elles font dix ou vingt heureux qu’elles ridiculisent. Elles ont perdu toute notion de décence. Est-ce bouffon ou sinistre ? C’est grave. Funambulesque. C’est bien le signe du temps. On s’use vite à ce régime. Elles ne pourraient pas réserver ce petit jeu de société pour l’intimité et nous épargner cette fatuité ? Quelle prétention ! Ont-elles tout lu pour se permettre un tel jugement ? Du haut de leur chair mondaine, elles nous donnent des leçons qui me lassent. Elles passent à côté de tout avec leur gros attirail d’instruments de précision. Une étourderie, un glissement, et on est mort, le savent-elles ? Je n’aime pas beaucoup les entendre parler de charité et d’amour, ni d’humilité. Je ne demande pas à l’homme d’être un héros. Il y a si peu d’hommes simplement bien. Le luxe, c’est la liberté de pensée personnelle, affranchie des contraintes et des modes. C’est la sincérité avant tout, la simplicité, l’idée réfléchie. Comme dans l’écriture, la sûreté du détail, ne rien forcer, laisser venir librement. Etre pleinement soi, sans plus. Mais la littérature est une vaste forêt qui perd ses feuilles et les critiques fatigués lisent par contrainte. On perd la notion de qualité. C'est l'éclipse du goût. Gardons le cap et le moral, et l’espoir d’un changement. « La grandeur de l’espérance est dans le doute qu’elle contient », disait Chardonne.

 

 

2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.