accueil

 

 

Une âme perdue


Éditions 10/18. Traduit de l'italien par Nathalie Bauer. Titre original : Un'anima persa.

 

La vérité peut perdre de sa valeur, elle aussi,
si elle est soutenue par un malhonnête…
Eschine

 

Une âme perdue de Giovanni Arpino (1927-1987) — écrivain majeur de l'après-guerre, dans la lignée de Mario Soldati ou d'Italo Calvino — est un très bel et bref roman de formation paru en 1966, où, entre chien et loup, les fantômes mènent le bal dans le Turin des années soixante. Roman d'atmosphère, inquiétant, roman de mystère écrit sous la forme d'un journal intime. Chaque jour découpe l'histoire en tranches, toujours plus étrange et oppressante, jusqu'à la révélation finale d'un secret dramatique.

Tino est un adolescent frêle et gauche, venu à Turin passer son bac. Orphelin de 17 ans, il attend de toucher l'héritage de sa mère qui doit lui ouvrir les portes de la vie. Il emménage dans une maison ancienne et mystérieuse en compagnie d'Anneta, la servante ; de sa tante ; de son oncle, dit « L'ingénieur », qui a un jumeau, « le professeur », rentré fou d’Afrique et reclus depuis vingt ans dans un coin de la demeure où il vit enfermé.

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.