accueil

 

 

Maîtres anciens


Maîtres anciens – Comédie de Thomas Bernhard. Traduit de l’allemand (Autriche) par Gilberte Lambrichs. Éditions Gallimard. Titre original : Alte Meister Komödie.

Jusqu’ici, dans chacun de ces tableaux,
soi-disant chefs-d’œuvre,
j’ai trouvé un défaut rédhibitoire,
j’ai trouvé et dévoilé l’échec de son créateur.
Depuis plus de trente ans, ce calcul infâme,
comme vous pourriez le penser, s’est révélé juste.
Aucun de ces chefs-d’œuvre mondialement connus,
peu importe leur auteur, n’est en vérité un tout et parfait.
Cela me rassure, a-t-il dit. Cela me rend heureux.
C’est seulement lorsque nous nous sommes rendus compte,
à chaque fois, que le tout et la perfection n’existent pas,
que nous avons la possibilité de continuer à vivre.

 

Maîtres anciens, prix Médicis étranger 1988, précède Extinction, dernier ouvrage de Thomas Bernhard (1931-1989), écrivain et dramaturge, dont la carrière est émaillée de scandales, certains délibérément provoqués par l'auteur, parfois liés aux nombreux prix littéraires que l'Allemagne et l'Autriche s'acharnaient à lui remettre contre son gré. Thomas Bernhard fit une ultime provocation dans son testament en interdisant dans des termes d'une extrême agressivité la diffusion et la représentation de ses œuvres en Autriche. Ses héritiers ne respecteront pas cette clause testamentaire, et lèveront cette interdiction à la fin des années 1990. Qu’en penser…? Chanceux, ceux qui le découvrent.

Date : 1985. Lieu : le Kunsthistorischs Museum de Vienne (Musée d’art ancien). Personnages : le narrateur, Atzbacher ; Reger, un critique d’art octogénaire ; Irrsigler, le gardien du musée. Température : 18 degrés Celsius. C’est dans cet espace immobile et confiné que Thomas Bernhard installe un chef-d’œuvre de misanthropie, une comédie grinçante chargée de logorrhée, de répétitions, de pulsion dénigrante et de ressassement mélancolique. En une férocité joyeuse, Maîtres anciens est un comique né de l’exagération qui fait surgir des vérités sur l’art qui ne sont pas bonnes à dire. Sans parler de l’Autriche et des Autrichiens, une nouvelle fois réduits en charpie. Thomas Bernhard est un écrivain au style inimitable et génial !

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.