accueil

 

 

Trois grands fauves


Éditions Belfond et Points.

 

 

Après quelques nouvelles remarquées en 2003, Hugo Boris voit les portes de la littérature s’ouvrir. Il n’a que 25 ans lorsqu’il signe chez Belfond un roman sensible, musical, poétique, étonnant de maturité, Le Baiser dans la nuque. Deux ans plus tard, il surprend d’audace avec La Délégation norvégienne, un huis clos de chasse et de suspens haletant dans le froid du grand nord, dans une veine fantastique et oulipienne. A 30 ans, il décide de nous inviter sur la lune dans Je n'ai pas dansé depuis longtemps, en associant subtilement la haute technologie, une approche psychologique et amoureuse de l’aventure spatiale, une ode à la beauté de la Terre. A 33 ans, armé d'un enviable toupet et d'un talent indéniable, Hugo Boris esquisse, dans une langue exquise, précise et chantante, le portrait de trois prédateurs (Danton, Hugo et Churchill) : Trois grands fauves est un livre formidable sorti en librairie le 14 août. Qu'on se le dise !

"Trois héros qui ont en commun d'avoir confrontés très tôt à la mort, d'avoir survécu et d'y avoir puisé une force dévorante. Trois survivants qui ont opposé leur monstruosité à la faucheuse. Trois portraits fragmentés et subjectifs, raccourcis saisissants d'une vérité qui échappe aux historiens. Une filiation imaginaire se tisse entre les personnages, dessinant une figure nouvelle. Qu'est-ce qu'un grand homme ? Où est son exception ?"

En trois novellas de longueur croissante (50, 60 et 80 pages), Hugo Boris impressionne de maîtrise : style, rythme, sens. C'est son plus beau livre. A l'image de ces textes qui ne sont ni des biographies ni des nouvelles ni des romans, il s'attache à suivre trois vies telles que sa mémoire les invente et les associe. Dans une prose léchée, maniant la plume comme un pinceau, dressant des tableaux d'une fulgurante force, tout est finement ciselé et mis en valeur. Des silhouettes se profilent, d'autres surgissent, éclatantes et lumineuses. L'auteur livre juste ce qu'il faut pour que nous glissions dans ces vies réinventées et leurs folies, dans leur génie et leur discipline, leur exception. C'est fin, subtil, émouvant, fort et beau. De la très belle littérature.

Pascale Arguedas

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.