accueil

 

 

Victoire


Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Odette Lamolle. Éditions Autrement. Postface de Sylvère Monod.

 

 

Comment résister à l'appel de Jack London sur cette Victoire, lancé en 1915 :

« Avant tout et quelles que soient vos occupations, lisez Une victoire. Lisez ce livre, dussiez-vous mettre votre montre au clou pour l’acheter. Joseph Conrad s’est surpassé ; sans doute en avait-il fait le pari avec lui-même ; c’est donc une victoire effective, car il a été plus loin que R.L. Stevenson dans son Creux de la vague. Du limon de la vie, il a tiré une figure de femme et il l’a esquissée avec un si bel art qu’il en a fait une remarquable création. Il a peint l’amour avec toutes ses illusions, lui, ce Conrad, si dépourvu d’illusions ! Lena est un personnage éthéré, elle est femme, tandis que les héros, M. Jones, Ricardo, Pedro, Heyst, Shombert, Morrison ; Davidson, Wag et son épouse indigène Alfuro existent réellement. Je les connais tous pour avoir rencontré leurs pareils au cours de mes voyages. Il n’y a rien dans cette œuvre qui ne soit d’une stupéfiante vérité. C’est un livre splendide, unique, dont l’enchaînement est merveilleux. Même le terrible amour de Ricardo est exact. Bref, je suis heureux d’être vivant rien que pour la joie procurée par cette lecture. » *

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.