accueil

 

 

Valery Gergiev, rencontre


Éditions Actes Sud

 

 

J’ai eu la chance d’écouter au théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg du Tchaïkovski et du Beethoven — dont le mémorable final de la symphonie n°9, Ode à la joie — interprétés par le grand orchestre du Mariinski dirigé par Valery Gergiev. J’en garde un souvenir inoubliable de beauté, de sonorité, d’interprétation, d’émotion. Et quelle salle !... Aussi n’ai-je pas hésité à acheter ce livre d’entretiens réalisé par Bertrand Dermoncourt pour mieux connaître cet ogre russe, l’un des plus charismatiques chefs-d’orchestre de son époque et le plus demandé au monde (il assure près de 300 concerts par an), tout en étant parfois controversé pour l’irrégularité de certaines prestations malmenées par l’insuffisance de répétitions et une vie débordante de déplacements et d’engagements.

Depuis 1988, alors âgé de seulement 35 ans, il est à la tête du Théâtre Mariinsky, dont il a considérablement élargi et modernisé le répertoire : les classiques du répertoire lyrique (Mozart, Verdi, Puccini, Richard Strauss) côtoient les créations et les grandes pages du répertoire russe (Moussorgski, Tchaïkovski, Chostakovich, Prokofiev), sans oublier les compositeurs incontournables du XXe siècle (Messiaen, Dutilleux). Il dirige le London Symphony Orchestra, le Philharmonique de Munich, et les labels associés à ces trois postes. Il est régulièrement convié par les orchestres de Vienne et d’Amsterdam, est premier chef invité au Metropolitan de New York, siège dans une foule de jurys, de présidences d’honneur, administre le Festival des Nuits Blanches…

Quant à Bertrand Dermoncourt — n’oublions pas que pour rendre un entretien passionnant il faut être deux — il est journaliste et auteur d'ouvrages sur la musique. Il a débuté dans des « fanzines » de rock1, durant les années 1980, puis fondé en 1998 la revue Classica avec Stéphane Chabenat. Il est également critique musical du journal l'Express et dirige la collection « Classica » aux éditions Actes Sud. Il est doté d’une plume alerte, d’une fine connaissance de la musique russe et de son interlocuteur.

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.