accueil

 

 

Envoyée spéciale


Édition de Minuit

 

 

Tous ces gens qui s'en vont, dit Pélestor,
c'est terrible, on ne sait même pas où ils vont.

 

Jean Echenoz ne s'interdit aucun retour ni désinvolture, n'hésite pas à jouer avec le lecteur, les mots, les situations, pour replonger dans la veine de ses premiers romans d'espionnage. Totalement déjanté, Envoyée spéciale est une succession de hics : drolatique, dramatique, criminologique, plastique et esthétique, linguistique et cinématographique, géographique et non historique, syntaxique et sémantique, non biographique. Comme en 14 et loin de Courir après Ravel, il s'empare en toute liberté d'une Équipée tombée de la falaise, se dépatouillant à grandes brassées ineptes dans un Lac d'incongruités. Extravagance et rire assurés !

De l'histoire il n'en sera question, laissons au lecteur le plaisir de la découverte — sans compter qu'il serait difficile d'en faire un résumé tant on en voit de toutes les couleurs, arc-en-ciel assuré ! Entre une fiction palpitante et sa propre démolition, contentons-nous d'une pirouette et concentrons-nous sur l'art et la manière, très singulière, qu'Echenoz a de détourner les codes du genre. Comment, de la prise d'otages à l'enlèvement en passant par le découpage d'un doigt pour chantage et demande de rançon, Jean Echenoz s'en sort-il pour tourner en dérision tous ces mécanismes cent fois joués ?

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.