accueil

 

 

Sarnia


Traduit de l'anglais par Janine Hérisson. Éditions Maurice Nadeau et Points. Titre original : The Book of Ebenezer Le Page.

 

J'ai bien peur, mon cher Mister Le Page,
a-t-il dit, l'air franchement désolé pour moi,
que vous soyez un anachronisme.

 

Ebenezer Le Page, paysan-pêcheur de Guernesey où il pince ses tomates, n'a guère quitté son lopin de terre pendant quatre-vingt ans (de 1880 à 1960). Il a traversé les deux guerres, ne s'est conduit en héros ni dans l'une ni dans l'autre, a piqué des colères terribles mais au fond c'est un grand romantique. Il a aimé courir la prétentaine et ne se maria pas, préférant la compagnie de sa sœur puis la solitude lorsqu'elle mourut car « l'ennui, quand on épouse une fille de Guernesey, c'est qu'on épouse aussi tous les scandales qui ont éclaté dans la famille depuis deux ou trois générations, et dont la moitié sont faux. Aucune des choses désagréables n'est jamais oubliée : on aurait plutôt tendance à en rajouter. »

Et c'est peut-être ce qu'il fait dans ce livre, pour le plus grand plaisir de son lecteur qui se trouve immergé dans une histoire gigogne au cœur d'un microcosme grouillant d'humanité, truculent et coloré. Une foule de personnages (ils sont tous plus ou moins cousins dans l'île, cela fait du beau monde) se carambole dans les lignes couchées par ce drôle d'oiseau, un vieux schnoque, mesquin, cancanier, cabochard et cachotier — mais aussi un homme très drôle et sacrément touchant car rempli d'amour et d'attention — qui consigne à la fin de sa vie son histoire et celle de son île sur un cahier d'écolier.

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.