accueil

 

 

Si je t'oublie, Jérusalem


Éditions Gallimard, collection "L’Imaginaire". Traduit de l’américain par Maurice-Edgar Coindreau. Traduction revue, préface et notes par François Pitavy. Titre original : Il I Forget Thee, Jerusalem.

 

 

Faulkner écrivit en 1937-1938 Si je t’oublie, Jérusalem, son onzième roman, excentré et central, rétrospectif et prospectif. Constitué de deux histoires, Les Palmiers sauvages (cathartique) et Vieux père, ce roman à double intrigue raconte l’histoire tragique et douloureuse de deux amants (Harry Wilbourne et Charlotte Rittenmeyer) et les aventures héroï-comiques d'un forçat, d'une femme anonyme et d'un enfant sur le Mississippi pendant la fantastique crue de 1927. Cette nouvelle édition, reprenant la nouvelle traduction établie pour l'édition de Faulkner dans La Pléiade, retrouve le titre original voulu par l'auteur, tiré du Psaume CXXXVII qui rappelle la captivité des Juifs à Babylone. Ce thème de la captivité, de la privation de liberté, littérale ou métaphorique, est central dans cette œuvre où la souffrance atteint peut-être sa plus grande intensité avec la mort de Charlotte Rittenmeyer, «le personnage féminin le plus déchirant de Faulkner». Un récit poignant, superbe !

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.