accueil

 

 

La Littérature à l'estomac


Éditions José Corti

 

 

Écœuré par un certain milieu mondain, Julien Gracq a écrit ce pamphlet en 1949. Il fut publié d’abord dans la revue Empédocle, puis chez son fidèle éditeur José Corti et enfin dans La Pléiade. Julien Gracq est, outre un grand auteur qui refusera par honnêteté intellectuelle le Goncourt en 1951 pour Le Rivage des Syrtes – refus qui fit grand bruit à l’époque — un critique littéraire reconnu (cf. Lettrines2). Peu enclin aux compromis et aux honneurs, il fait le procès du mercantilisme et de la mondanité qui règnent dans la « République des Lettres » de l’époque : « […] on tolère une fois ou deux que je m’amuse ou que je « provoque » — davantage, on me prendrait pour un mauvais coucheur. » Il ne l’ait pas et ne plaît pas car annonce des vérités à contre-courant : haro sur le besoin inextinguible de vitesse et de « nouveau » (lisez aussi son Pourquoi la littérature respire mal, écrit en 1960, éloquent sur la notion de disparition du fonds de culture). Il décide donc de s’en expliquer intelligemment dans cette analyse qui reste vibrante d’actualité.

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.