accueil

 

 

Une vie en toutes lettres


Éditions Liana Levi 1995, préface de Françoise Schwab.

 

 

137 lettres de Vladimir Jankélévitch à Louis Beauduc, un ami de promotion (1922) de l'agrégation de philosophie, pendant cinquante-sept ans. Une longue et fidèle amitié, entre deux contraires : Jankélévitch rêve de lumière et de reconnaissance, Beauduc préfère la fraîcheur de l'ombre et la tranquillité de l'anonymat. Voici un éclairage intime et étonnant, sur l'homme plus que sur le philosophe — que l'on connaît pour l'avoir lu, écouté —, et l'image est pas mal écornée... Si le philosophe fut précoce, l'homme fut tardif. Mais cette correspondance demeure passionnante.

Toute l'existence de Jankélévitch, brisée en deux par la dernière guerre, est ici rassemblée, depuis sa jeunesse prometteuse et fanfaronne (crânerie intellectuelle et fougue juvénile) jusqu'à sa vieillesse assombrie par le sentiment qu'il éprouvait de n'avoir ni lecteurs ni critiques, d'être mal compris, négligé, démodé. Solitaire et amer, donc, avant la reconnaissance tant attendue, mais ce fut dans les années 80 et les lettres s'étalent de 1923 à 1979.

Pascale Arguedas

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.