accueil

 

 

 

Méditations poétiques


Éditions Gallimard, collection "Poésie". Préface de Marius-François Guyard.

 

 

Une douloureuse aventure d’amour inspire à Lamartine les vers les plus émouvants de son premier recueil, qu’accueille avec enthousiasme en 1820 une génération sentimentale et mélancolique. L’auteur traduit un tourment, une lassitude. Les Méditations se présentent comme une sorte de rêverie mélancolique sur le thème de la foi et celui de l'amour. Le poète, évoque le souvenir de son amante perdue.

Le recours au pseudonyme marque bien qu'il y a transposition des événements dans le monde imaginaire et poétique, indiquant clairement qu'il ne faut pas lire les Méditations comme un journal exactement fidèle à la réalité des faits.

Si les Méditations sont un journal, elles sont le journal d'une âme insatisfaite qui souffre et ne trouve pas de repos. La poésie y est investie d'une fonction existentielle, devenant le lieu de l'épanchement du Moi, d'une interrogation sur le sens de l'existence et d'une méditation sur la condition de l'homme.

Si la versification régulière et le lexique, d'un registre élevé, restent ceux du siècle précédent, Lamartine a su cependant conférer à ses poèmes une musicalité particulière, une harmonie fortement évocatoire, qui est considérée, aujourd'hui encore, comme l'une des principales qualités de son œuvre.

L'un des poèmes les plus célèbres des Méditations est une élégie, Le Lac, directement inspirée de la rencontre avec Julie Charles sur les bords du lac du Bourget. Ce chef-d'œuvre de Lamartine a marqué la naissance du romantisme en France.

Carole Garcia

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.