accueil

 

 

Le Dernier Veilleur de Bretagne


Éditions Mercure de France

 

 

Dans l'ensemble, les livres furent son expérience.
Henri Michaux

 

À la suite du Déjeuner des bords de Loire, Philippe Le Guillou revient sur son admiration envers Julien Gracq qu'il a fréquenté pendant quinze ans. Il lui adresse un hommage respectueux et ardent, plein d'affection envers ce « dernier des très grands » dont il a goûté la réserve et l'intelligence.

Humblement et pudiquement, Philippe Le Guillou s'étonne des mots doux de Julien Gracq à son endroit, qualifiant leur relation d'« une amitié profonde et solide ». L'auteur restitue avec une grande tendresse ces moments privilégiés partagés, dans cet ouvrage en forme d'hommage où gentillesse, générosité et profonde humanité décrivent un Gracq attentif, curieux de l'autre et des autres. Un Gracq proche, sinon familier.

Philippe Le Guillou se concentre cette fois-ci sur ses visites des dernières années — dont l'ultime, en octobre 2007, juste avant la disparition de Julien Gracq en décembre, « à un moment où l'horizon de la vie se rétrécit dans l'ermitage des bords de Loire, mais où la curiosité et la vivacité intellectuelle sont restées intactes. »

Merveilleux petit livre…

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.