accueil

 

 

Le Tournant


Traduit de l’allemand par Nicole Roche. Editions Babel. titre original : Der Wendepunkt.

 

Tout témoignage sincère et exact compte
et a son importance.
Pourquoi le mien serait-il sans valeur ?

 

 

Dans la famille Mann, la renommée est au rendez-vous. Heinrich, brillant écrivain et dessinateur, était le frère aîné de Thomas qui obtint le prix Nobel de littérature. Thomas (le magicien) et sa femme Katia (Mielen), petite-fille de la féministe Hedwig Dohm, eurent six enfants, dont Klaus, premier des fils, qui aimait se présenter comme jumeau de sa sœur aînée Erika (femme de W.H. Auden), future grande comédienne satirique, avec qui il n’avait qu’un an d’écart et s’entendait comme larron en foire.

Né à Munich en 1906, mort en 1949 par suicide à Cannes, juste un mois après avoir achevé ce livre important de presque sept-cent pages, Klaus Mann, qui souffrit sa vie durant dans l’ombre de la gloire familiale et surtout paternelle, avait quarante-deux ans quand il acheva cette remarquable autobiographie qui revient sur l'insouciance et les excès des Années folles, sur l'exil et la lutte antinazie, dont il fut l'un des porte-voix les plus lucides et clairvoyants. Ce romancier, nouvelliste, essayiste, dramaturge, auteur de Journaux, brosse dans cette autobiographie sans confession la fresque tragique de son temps.

Ce Tournant, c’est « l’histoire d’un intellectuel entre deux guerres mondiales, celle d’un homme qui a dû passer les années décisives de sa vie dans un vacuum social et spirituel, s’efforçant avec ferveur — mais sans succès — de s’intégrer à une communauté quelconque, de se soumettre à un ordre quelconque, toujours errant, toujours vaguant sans trêve ni repos, toujours inquiet, toujours en quête… l’histoire d’un Allemand qui voulait devenir Européen, d’un Européen qui voulait devenir citoyen du monde ; l’histoire d’un individualiste qui a horreur de l’anarchie presqu’autant que de la standardisation, de la "mise au pas", de "l’engloutissement dans la masse" ; l’histoire d’un écrivain qui, au départ, s’intéresse à l’art, à la religion, à l’érotisme, mais qui, sous la pression des circonstances, parvient à une attitude politiquement responsable et même militante… »

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.