accueil

 

 

Une histoire de bleu suivi de L'Instinct de ciel


Éditions Gallimard, collection "Poésie". Préface d'Antoine Émaz.

 

 

« Faute de pouvoir offrir des mots comme on offre des chocolats ou des fleurs, on les dédie. Et de préférence à quiconque : à des inconnus de passage, un soir, en quelque librairie où l'auteur est venu "signer"... Entrer dans le bleu... dans ce regard étrangement fasciné que chacun pose sur le ciel ou sur la mer... les yeux que l'on pourrait croire tournés vers le dedans ou vers nulle part... tel est l'objet ou le propos de ce livre. Pour dire ce bleu insaisissable ("L'instinct de ciel en chacun de nous", comme l'écrivait Mallarmé), il fallut en cadrer les nuances dans de brèves proses lyriques et réflexives, propres aussi bien à l'analyse qu'à la célébration. Il fallut donner à entendre une espèce de blues où l'intime et l'impersonnel se mêlent. C'est là ce que j'appelle parfois un "lyrisme critique"... » Jean-Michel Maulpoix

Une histoire de bleu date de 1992, L'Instinct de ciel, de 2000. Sous l'égide de Mallarmé, les deux titres regroupés se font écho dans leur questionnement du bleu, du blues, du beau, de la mélancolie, de l'heureux, face à l'immensité du ciel ou de la mer. Sur le fond, beaucoup de choses les unissent. Tout d'abord une prose poétique délicieuse qui aimante par la force de sa simplicité. Nul mot tordu, nulle tournure alambiquée, nulle intellectualisation de la poésie qui la rend si moche et qui éloigne le peu de lecteurs du genre. Au contraire, la musique est belle, simple et mélodieuse. Les thèmes approchés sont à la fois tristes et beaux. On y conte l'amour et sa perte, le bonheur niché dans les petits riens et la vie bruyante des gens pressés et aveugles, la vie et la mort, les âmes et les dieux. La beauté offerte par la nature, ses étendues de bleus, l'horizon qui les unit ou les sépare, attisent le désir de flotter aux frontières à la recherche de soi ou des autres, de frayer avec l'énigme de l'infini, de la vie, de se forger un regard et de tenter de le comprendre. Certains rient, s'évadent, changent de couleur ou d'humeur, pleurent. D'autres ne conservent aucune trace de ce qui les traversent, perdent la mémoire, le fil de leur histoire.

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.