accueil

 

 

Ce qui désirait arriver


Éditions Métailié. Traduit de l'espagnol (Cuba) par Elena Zayas. Titre original : Aquello estaba deseando ocurrir.

 

 

Il faut accepter que rien n’est vérité.
La réalité c’est naître et mourir.

 

Ce qui désirait arriver, va arriver, veut arriver.

Treize nouvelles sur une survie baignée de mélancolie, de lutte inégale, où pourtant nul n’abandonne (ou presque). Ballotés par leurs destins, les personnages solitaires de ce recueil tanguent de voyage immobile en exil lointain, entre misère, espoir et désenchantement, buvant la tasse, reprenant une bouffée d’air et d’envie grâce à la jouissance des corps, à une cuite au rhum Carta Blanca. À travers les drames humains, Leonardo Padura atteint l’âme des choses.

À l’image de ses figurants, c’est un tendre, un gourmand, un jouisseur qui se shoote aux blanches d’un boléro, à l’amitié, à la mémoire collective d’un pays qui n’en finit pas de les faire sombrer, un homme à la douloureuse nostalgie dont la conception du monde est la fraternité, l’amour, l’égalité, la solidarité, un homme pour qui le destin est une histoire sérieuse et la liberté de choix essentielle. Écrites sur une période de vingt-quatre ans (entre 1985 et 2009), ces brèves rappelleront au lecteur de Padura certains de ses fabuleux romans et adaptation à l’écran.

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.