accueil

 

 

Derborence


Éditions Grasset, collection "Cahiers rouges".

 

…Un pâtre, qui avait disparu et qu'on croyait mort,
avait passé plusieurs mois enseveli dans un chalet,
se nourrissant de pain et de fromage…
Dictionnaire géographique

 

 

Derborence, écrit en 1934 et inspiré d'un fait réel qui eut lieu au XVIIIe siècle, est l'un des chefs-d'œuvre de Ramuz. Le relire, trente ans après sa première découverte, est un double cadeau. Quel plaisir ! Quel merveilleux poète en prose ! Sa langue est une mélopée, lourde et lente, qui rythme et commente une action sise au cœur des montagnes :

« Derborence, le mot chante doux ; il vous chante doux et un peu triste dans la tête. Il commence assez dur et marqué, puis hésite et retombe, pendant qu'on se le chante encore, Derborence, et finit à vide, comme s'il voulait signifier par là la ruine, l'isolement, l'oubli. […] Derborence, c'est d'abord un peu d'hiver qui vous vient contre en plein été, parce que l'ombre y habite presque toute la journée, y faisant son séjour même quand le soleil est à son plus haut point dans le ciel. Et on voit qu'il n'y a plus là que des pierres, et des pierres, et encore des pierres. »

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.