accueil

 

 

La Compagnie des spectres


Éditions Perrin

 

 

Nous serons pour la prochaine génération,
non pas la fiente massive tombée du dinosaure,
mais la petite tache que laisse un oiseau-mouche.
Djuna Barnes (1892-1982)

 

Faut-il être sauvage pour opposer une refus vital d'obtempérer à des normes lorsqu'elles n'ont aucun sens à vos yeux, lorsque vous éprouvez un dédain amusé devant des fats qui, l'air triste et le regard de circonstance, se prétendent appelés dès leur venue au monde ?

Faut-il s'encanailler, fréquenter les beuglants, rechercher l'impertinence et toutes les provocations, taire une humble aspiration au bonheur quand la mode est au cynisme et à la vanité, et se déclarer révolutionnaire quand on ne fait que révolutionner les couleurs de ses lâchetés ?

Faut-il présenter à la face du monde un bel esprit, l'air avantageux masquant la veulerie, ou préférer la sauvagerie muette des ombres aux starlettes des arts ?

Qui sont ces gens habités par un désir enfantin de réussite, un recherche naïve d'éloges, un besoin désespérant d'être reconnu, qui affichent, devant la sévérité de la critique ou son indifférence, détresse et larmes ?

Est-ce grave d'être désigné comme fou lorsqu'on s'écarte de la voie commune comme certains le font, pour impatienter leur temps ou le devancer, en ignorant les justiciers du moment ?

 

*

L'excellente Lydie Salvayre nous présente 7 femmes qui enchantèrent sa jeunesse, qu'elle admire toujours : Émilie Brontë, Djuna Barnes, Sylvia Plath, Colette, Marina Tsvetaeva, Virginia Woolf et Ingeborg Bachmann. Elles sont folles, imprudentes, rebelles, amoureuses de la vie et de l'amour. Elles vécurent et écrivirent dans un corps-à-corps avec la vie. Hélas presque toutes eurent un destin malheureux mais elles demeurent de remarquables écrivains lus au-delà des siècles. En opposition avec les influents de leur époque, affichant un dédain total à la conjoncture sociale, elles n'écrivaient jamais pour la majorité qui est bornée, idiote et qui a toujours tort. Si par bonheur vous tombez sur ce très bel éloge de lectrice vous replongerez avec gourmandise dans des œuvres immenses sans aucun attrape-touriste !

Pascale Arguedas

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.