accueil

 

 

Correspondance


Éditions Flammarion

 

 

Lire une correspondance qui ne nous est pas adressée est toujours un acte d'indiscrétion. On peut avoir l'impression de faire quelque chose d'inconvenant, comme si l'on épiait quelqu'un à travers le trou de la serrure. Mais on surmonte vite cette gêne en arrivant à se familiariser avec le destinataire, à le connaître pour ainsi dire personnellement, à s'identifier avec lui. Cet échange entre deux monstres de la littérature française, Gustave Flaubert (1821-1880) et George Sand (1804-1876), en est la preuve indubitable. Ces 315 lettres entre un homme et une femme que tout sépare — l'âge, la manière d'écrire, les idées politiques et même la philosophie de vie — constituent un chef-d'œuvre de sensibilité !

On l'a souvent dit : c'est la plus belle correspondance du siècle passé, et peut-être une des plus belles qui soient. On n'a cessé d'en souligner l'intérêt pour la connaissance de l'histoire littéraire et générale, des idées philosophiques, politiques et esthétiques de l'époque. Ce recueil est un cas unique de l'histoire de nos Lettres. Jamais deux grands écrivains ne se sont exprimés aussi véridiquement et aussi longtemps sur les sujets les plus variés et sur la genèse de leurs propres œuvres.

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

.

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.