accueil

 

 

L'Un l'autre


Traduit de l'allemand par Pierre Deshusses. Éditions Christian Bourgois. Titre original : Weit über das Land.

 

Tout ce qu’on fait n’a pas forcément une raison.
Ce n’était pas le fait d’une grande décision,
mais plutôt le résultat d’une succession de petites décisions,
du laisser-faire, se laisser faire.

 

Astrid et Thomas, un couple suisse marié depuis vingt-cinq ans, rentrent de vacances en Espagne. Alors que sur la terrasse, un verre de vin à la main, ils savourent la paix du soir dans une harmonie silencieuse, la femme rentre s’occuper des enfants, puis fatiguée, se couche. Le lendemain matin, elle découvre la disparition de son mari qui la veille s’était levé, avait marché droit devant sans jamais se retourner.

L’un l’autre est un roman d’amour, de mort, une fable philosophique, un thriller sentimental, une Odyssée minuscule et vertigineuse. Aussi beau et fort que Paysages aléatoires, ce magnifique roman de la fugue, mélancolique, étrange et hypnotique, semble vaporeux et flotter dans une bulle indistincte alors qu’il est ancré dans la réalité et servi par une écriture précise et factuelle qui restitue l’indécision des sentiments.

Peter Stamm excelle dans la description de la fausse banalité du monde qu’il dessine en traits fins, esquisses subtiles qui dévoilent, déstabilisent, plus qu’elles ne disent. On se croirait dans un film d’Antonioni et un tableau de Cézanne. Entrer dans cette bulle métaphysique, empreinte de mystère et de solitude, est une invitation à un long voyage sur une vérité, d’une bouleversante beauté.

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.