accueil

 

 

L’Œuvre


Éditions Livre de poche.

 

En mai 1885, quand Émile Zola commence L’Œuvre, il a quarante-cinq ans, vit à l’aise depuis le succès de L’Assommoir et de Nana. Germinal se vend bien. Ce nouveau livre sur la peinture, Zola le couve depuis plusieurs années et met neuf mois à l’accoucher, restituant formidablement la vie de bohème des jeunes peintres des années 60 et 70, ceux précisément qu’il a fréquentés. À Paris, en dehors de Cézanne ou du sculpteur Solari, les premiers amis de Zola, jeune aixois, ont été Bazille, Monet, Renoir.

A l'époque, les querelles entre les impressionnistes sont de plus en plus vives. Chacun d’eux s’engage dans des voies de plus en plus personnelles et recherche « un triomphe à part ». Zola a alors pratiquement rompu avec la critique d’art et s’est créé un nouveau groupe d’amis, écrivains cette fois-ci (Maupassant, Huysmans…). Dans l'ébauche de son roman, il écrit : « Avec Claude Lantier, je veux peindre la lutte de l'artiste contre la nature, l'effort de la création dans l'œuvre d'art, effort de sang et de larmes pour donner sa chair, faire de la vie : toujours en bataille avec le vrai et toujours vaincu, la lutte contre l'ange. En un mot, j'y raconterai ma vie entière de production, ce perpétuel accouchement si douloureux ; mais je grandirai le sujet par le drame, par Claude qui ne se contente jamais, qui s'exaspère de ne pouvoir accoucher son génie et qui se tue à la fin devant son œuvre irréalisée. »

L’Œuvre, est-ce le roman du peintre qui, incompris, guetté par la folie, échoue ou celui du romancier dans toute la force de sa renommée qui réussit ? C’est celle de l’amoureux, du créateur qui évolue du naturalisme à l’impressionnisme pour en arriver à un idéalisme où se confondent le symbolisme de son rêve et son romantisme originel. Paul Cézanne s’est aussitôt identifié au peintre maudit, et ce livre brisa la formidable amitié qui le liait à Zola depuis trente ans. Édouard Manet s’est senti blessé (mêmes ambitions, mêmes toiles incomprises) ainsi que Claude Monet (même vie privée, misère, dominantes bleues).

 

 

 

Pour recevoir la suite de la chronique (et non le livre) en pdf et par email :

 

 

 

 

 

 

 

© 2002-2020 - Pascale Arguedas
Les textes et graphiques sont la propriété exclusive du site, ou de leurs auteurs lorsque indiqué. Ils ne peuvent être reproduits sans autorisation préalable. Le site contient des liens externes vers d'autres sites. Le contenu et la présentation de ces sites demeurent la responsabilité de leur propriétaire.